Actualités International

Accord de Paris : les entreprises américaines pourraient être perdantes en cas de retrait

Plusieurs entreprises américaines redoutent qu’un retrait de l’accord de Paris par les États-Unis ne leur permette de profiter des nouvelles énergies.

Tout le monde attend le discours de Donald Trump qui s’exprimera à 21 h sur sa décision sur l’accord sur le climat et les journaux américains indiquent que le Président américain confirmera son vœu de sortir les États-Unis de ce texte.

Ce qui n’est pas étonnant, car pendant sa campagne, le magnat de l’immobilier n’avait cessé de dire haut et fort qu’il s’agissait d’un mauvais texte pour l’économie américaine, qu’il avait été mal négocié par Barack Obama, qu’il en favorisait pas les entreprises américaines.

Cependant, ce sont les grandes firmes américaines qui craignent que cela ne leur fasse perdre et essaient de dissuader le maître de la Maison blanche sur sa décision.

Plusieurs entreprises dans la crainte

Les entreprises américaines ne se cachent pas, elles déclarent que si les États-Unis sortaient de l’Accord de Paris ce sera une erreur économique. Le jeudi 1er juin, 25 entreprises dont Microsoft, Apple, Gap, Levi’s, Google ont envoyé des messages au Président américain via le New York Times ou encore le Wall Street Journal.

Certains patrons comme Elon Musk, PDG de Tesla a tout fait pour convaincre Donald Trump de ne pas quitter l’accord de Paris, mais il n’y est pas parvenu. D’autres chefs d’entreprises notamment ceux de l’industrie pétrolière, de l’énergie qui pourraient être lésés par ce retrait, de l’Accord de paris signé en décembre 2015, un accord dont le but est de réduire l’augmentation de la température mondiale de +2°C comparé à la période qui précédait l’ère industrielle.

A propos de l'auteur

Sophia

Sophia

Journaliste d'investigations pour le EE Times mais également ailleurs. Plus d'infos sur mon profil Twitter (dont les tweets n'engagent que moi). Je suis spécialisée dans les enquêtes longues, surtout sur les divers lobbys.