Actualités Famille Loisirs

Centres de loisirs: l’Aduges lance l’été au cœur des quartiers

C’est parti pour un été dans les centres de loisirs de l’Aduges. Jusque fin août, l’association recevra près de 3 318 enfants pour des vacances encadrées dans les 24 sites d’accueil. La nouvelle directrice, Binh Dô Coulot Marie, entend renforcer les temps réservés aux familles, « parce qu’il n’y a pas que les enfants ».

Le plein d’activités par quartiers

Entre les maisons de quartier, les groupes scolaires et les salles de sport, l’Aduges gère 24 sites d’activité répartis sur Dunkerque, Leffrinckoucke et Mardyck. Les enfants (1 778 en juillet, 1 540 en août) y sont accueillis de 3 à 17 ans, dont une section « ado », l’accueil loisir jeunes (AJL), accessible dès l’entrée au collège. Chaque semaine est rythmée par un pique-nique, une veillée et la thématique retenue par l’équipe d’animation : le camping, le voyage et « quand je serai grand, je serai… » Plus les camps. Les animateurs y travaillent depuis mars. Une campagne de préparation qui permet de développer au maximum « le côté pédagogique et qualitatif des activités proposées, assure la directrice Binh Dô Coulot Marie, qui favorise la créativité et l’imaginaire des enfants. »

Même les parents y ont droit

« Nous privilégions particulièrement les temps parents enfants, réservés à la famille. C’est une originalité à l’Aduges. Le matin ou en fin d’après-midi, une à deux fois par semaine, les parents sont invités à participer. » L’occasion de prolonger la journée en famille, autour de défis, de goûters ou d’autres animations imaginées par les équipes. « C’est plus sympa que de récupérer ses enfants aux portes de la grille et rentrer chez soi. » Les réunions collectives organisées dans chaque maison de quartier dès avril pendant les inscriptions « permettent aussi de mettre en confiance les parents, de créer des premiers liens avec les animateurs et de se projeter sur les activités qui seront proposées à leurs enfants, notamment grâce aux photos des sites des camps d’été. »

191 animateurs sur le pont

Pour encadrer cette grosse machine, l’Aduges a recruté 191 animateurs, dont 123 nouveaux, mobilisés en juillet, et 160 en août. « Pour beaucoup il s’agit du premier entretien, et du premier emploi. L’objectif est de les intégrer à un cadre formateur et professionnel, en les mettant dans un vrai contexte d’embauche et une vraie mission : offrir de la qualité aux familles. » Le recrutement s’organise ainsi sous la forme d’un test. Le candidat tire au sort un thème et doit construire une trame d’animations selon l’âge et les temps de la journée, en incluant une dynamique pédagogique. Une fois constituées, ces équipes sont accueillies par l’un des 29 directeurs de centre ou responsable des mini-séjours. Une équipe est spécifiquement créée pour les camps d’été.

« Valoriser les initiatives »

En mars, Binh Dô Coulot Marie (notre photo) a pris la relève d’Yves Poulet à la direction de l’Aduges. Venue de Lille, où elle a été un temps directrice de centre sociale, puis consultante dans une coopérative de conseil (Copas), elle explique avoir été attirée par l’ampleur de la structure. « Ce qui m’intéresse le plus, c’est que l’Aduges intervient dans une diversité de domaines sociaux. Dans un côté militant, sans être institutionnel. L’Aduges est justement le relais entre les institutions et les habitants. »

À la tête de cette machine de 24 équipements, de 320 à 350 salariés temps plein et de nombreux vacataires, Binh Dô-Coulot-Marie souligne la diversité des métiers et des missions, notamment celles des maisons de quartier. « C’est un lieu génial dans lequel sont valorisées les initiatives des habitants, qui est perçu comme ouvert et accessible à tous. Dans le contexte actuel, un peu désabusé, c’est quelque chose qu’il faut maintenir. Rester à l’écoute, être « favorisateur » d’initiatives. » Pour la nouvelle directrice, les enjeux sont tout tracés : « dépasser les contraintes financières pour réussir à enchaîner les étapes. Avoir toujours autant d’ambition pour l’association. »