Actualités Sports

Doublé kényan au Marathon de Paris

L’inquiétude liée au risque terroriste n’a pas empêché la fête, habituelle, et les Kényans, vainqueurs chez les dames comme chez les messieurs, de dominer la 40e édition du Marathon de Paris dimanche, malgré une sécurité renforcée.

L’épreuve à nouveau dominée par les Kényans, avec un triplé chez les hommes au terme des 42,195 km de l’épreuve. Vainqueur, Cyprian Kotut disputait, à 24 ans, le deuxième Marathon de sa carrière, une inexpérience qui ne l’a pas pénalisé. « Je ne savais pas trop si je devais accélérer ou non, car je ne connais pas encore trop le format de course. J’envisageais simplement de battre mon record personnel [2 h 08 min 55s en 2015 à Milan] », a-t-il déclaré à l’arrivée. Mission accomplie en 2 h 07 min 11 sec, et le jeune homme s’offre le plus beau succès de sa carrière, ce qui l’a surpris. « Il y avait quand même des gars très forts, je ne m’attendais pas à être autant devant », a-t-il reconnu.

Son accélération à trois kilomètres de l’arrivée a eu raison de ses compatriotes Laban Korir (2e en 2 h 07 min 29 s) et Stephen Chemlany (3e en 2 h 07 min 37 s). Kotut, qui s’offre ainsi un doublé, puisqu’il a remporté le semi-Marathon de Paris début mars, a de l’ambition : « J’envisage de courir en 2 h 04 minutes, dans quelques années. Et pour 2016, je verrais si je suis sélectionné avec le Kenya pour les Jeux Olympiques. » Le record de l’épreuve est actuellement détenu depuis 2014 par l’Ethiopien Kenenisa Bekele, en 2 h 05 min 04 s.

Chez les femmes, c’est également une Kényane, Visiline Jepkesho, qui l’emporte en 2 heures 25 min 53 sec, un progrès puisqu’elle avait terminé 3e l’an dernier. Elle était suivie des Ethiopiennes Gulume Chala (2 h 26 min 14 s) et Dinknesh Tefera (2 h 28 min 12 s).

Elvis Presley ou encore Marylin Monroe : les déguisements utilisés par certains des 43 317 partants de l’épreuve ont perpétué la tradition. La Préfecture de Police de Paris et Amaury sport Organisation (ASO) avaient toutefois revu la sécurité à la hausse.

C’est peut-être ce qui explique que le public ait répondu un peu moins présent que les autres années, le long du parcours et sur la zone d’arrivée.

Les coureurs, eux, étaient bien au rendez-vous, le nombre de participants battant même un nouveau record, avec 43 317 partants sur 46 200 personnes ayant retiré leur dossard et 57 000 inscrits. La déperdition, qui peut paraître importante, se trouve en fait dans la moyenne des années précédentes, où plus de 10 000 personnes ne peuvent finalement prendre le départ, pour des problèmes de blessures, d’agenda ou de préparation insiffisante.

Côté ciel, les conditions météorologiques étaient idéales, avec un soleil généreux sans chaleur excessive, même si le taux d’humidité (plus de 90 %) a « pompé » les énergies.

A propos de l'auteur

Laura

Laura

Journaliste d'investigations pour le EE Times mais également ailleurs. Plus d'infos sur mon profil Twitter (dont les tweets n'engagent que moi). Je suis spécialisée dans les enquêtes longues, surtout sur les divers lobbys.