Actualités Economie

Un groupe chinois SMPC serait intéressé par Sandro, Maje et Claudie Pierlot

SMPC qui vend différentes marques de prêt-à-porter comme Claudie Pierlot, Sandro, Maje qui avait annoncé qu’il entrerait bientôt en bourse serait sur le point d’être acquise par Shandong Ruyi, un groupe de textile chinois.

Joint au téléphone par nos confrères de l’AFP, SMPC n’a pas voulu réagir à ces informations.

D’après le Financial Times, mentionnant des sources proches du dossier, Shandong Ruyi pourrait faire une offre au fonds américain KKR pour acquérir, les marques de mode haut de gamme Sandro, Maje, Claudie Pierlot, augmentant la valeur du groupe à 1,3 milliard d’euros, ainsi que la dette.

D’après le Monde, la vente aurait dû être validée ce mercredi, mais plusieurs désaccords existent encore en ce qui concerne  » la hauteur des actions des deux créatrices de Sandro et Maje, à savoir, Evelyne Chétrite et sa sœur Judith Milgrom, qui sont actionnaires à plus de 21’% du capital ».

Mais le 8 mars, la SMCP avait cependant indiqué qu’elle avait déposé un document à l’AMF pour entrer en Bourse à partir de la fin du premier semestre 2016.

Daniel Lalonde, le patron du groupe avait aussi fait part d’une hausse de capital tournant autour de 150 et 175 millions d’euros qui pourraient servir à diminuer la dette du groupe.

Le distributeur comptait profiter de son entrée en Bourse pour se déployer à l’international en accédant à différents marchés importants comme les États-Unis, l’Espagne, la Chine, ou encore l’Angleterre.

A propos de l'auteur

Laura

Laura

Journaliste d'investigations pour le EE Times mais également ailleurs. Plus d'infos sur mon profil Twitter (dont les tweets n'engagent que moi). Je suis spécialisée dans les enquêtes longues, surtout sur les divers lobbys.