Actualités Economie

Les éleveurs souhaitent une augmentation du prix du lait

Le ministre de l’Agriculture, Jacques Mézard a reçu le président de la FNP Thierry Roquefeuil mardi. Comme promis dans pendant sa campagne, le Président de la république, Emmanuel Macron, a annoncé que les États généraux de l’alimentation débuteront en juillet. Ceux-ci seront organisés sous le signe du « partage de la valeur ajoutée entre agriculteurs, industrie agroalimentaire et distribution ».

Une date que les agriculteurs n’ont pas hésité à noter, car la Fédération nationale des producteurs de lait en sigle FNPL a effectué plusieurs actions afin de revendiquer ses droits à savoir l’augmentation du prix du lait. Thierry Roquefeuil qui n’est autre que le président de l’association a rappelé dans une tribune adressée au gouvernement depuis un mois : « Sur les 65 000 éleveurs laitiers français, il n’y a qu’un tiers touche moins de 350 euros par mois. » Il exige une hausse du prix du lait de 340 euros la tonne, alors que celui-ci coûtait 310 euros au premier trimestre et 300 euros au second trimestre.

M. Roquefeuil était venu rencontrer le ministre de l’agriculture Jacques Mezard mardi. Ce dernier a jugé que la demande d’augmentation du prix du lait « était légale ». Les raisons évoquées par les agriculteurs pour justifier leur demande sont dus à la hausse des cours mondiaux du beurre qui ont été multipliés par deux et un léger progrès des cours de la poudre de lait, toujours lestés par les stocks européens.

Augmenter la valeur à la place du volume

Le ministre de l’agriculture a déclaré qu’il allait demander au médiateur des relations commerciales de contacter toutes les marques de la grande distribution afin qu’elles considèrent cette circonstance dans les pourparlers en cours.

A propos de l'auteur

Sophia

Sophia

Journaliste d'investigations pour le EE Times mais également ailleurs. Plus d'infos sur mon profil Twitter (dont les tweets n'engagent que moi). Je suis spécialisée dans les enquêtes longues, surtout sur les divers lobbys.