Actualités Famille

L’interdiction de la fessée à nouveau débattue à l’Assemblée

Trois députés à l’Assemblée nationale ont présenté ce mercredi une autre proposition de loi pour interdire la fessée. Pour rappel, l’Assemblée avait rejeté les deux précédentes propositions de loi présentées en 2010 et en 2014.

Le but de cette proposition de loi est « d’interdire » les différentes formes de violence que les enfants subissent. Il s’agit des intimidations, propos vexants, claques, corrections, etc.

Dans le texte présenté par les députés François de Rugy (écologiste), François-Michel Lamber (écologiste), Edith Gueugneau (apparentée PS), on peut lire mot pour mot ceci : « Il n’est permis ni à personne, ni aux parents d’utiliser la violence physique, de châtier corporellement les enfants et de prescrire des punitions morales ou d’humilier d’une façon ou d’une autre un enfant ».

Le texte décrit l’inefficacité de ces « brutalités éducatives communes » qui ne peuvent que « troubler le développement cérébral, la perte de confiance et de l’estime de soi, dégrader la relation parents-enfants, etc. ».

Pour ces députés, il est temps que la France se penche sur ce problème, car déjà 49 pays dont 20 dans l’Union européenne ont déjà interdit la fessée.

La Suède a été le premier pays à interdire en 1976 la fessée et les différentes formes de violence éducatives sur les enfants.