Actualités

Pourquoi n’y a-t-il pas eu d’offre pour GM&S ?

Placée sous contrôle judiciaire depuis le mois décembre, l’équipementier automobile installé dans la Creuse est en difficulté et recherche un repreneur. Depuis cette annonce, trois offres ont été déposées, mais les entreprises qui les ont déposés se sont rétractées.

Déception des salariés

Les syndicats doivent seront reçus vendredi soir par le chef de l’État, Emmanuel Macron, car ceux-ci ont été déçus d’apprendre qu’aucune offre ferme de reprise n’a été déposée pour l’instant au tribunal de commerce. Pourtant, quatre offres de reprises avaient été déposées, mais ceux-ci n’ont fait que des promesses, donc les offres n’étaient pas fermes.

Fausses promesses

D’après les élus locaux, les entreprises ont été effrayées par les discours du ministre de l’économie, Bruno Le Maire. Ce dernier avait promis multiplié par deux, les commandes de Renault et un geste important venant de PSA. Or PSA ne promet de fournir qu’un à deux millions de commandes supplémentaires. Quant à Renault il confirme bien le doublement de ses commandes, mais sur une année uniquement. « Nous n’allons pas non plus commandes des pièces qui ne sont pas indispensables » indiquent les constructeurs automobiles.

« Nous évoluons et nous reculons, les annonces de Bruno Le Maire ont été encourageantes après ses échanges avec Carlos Tavares PDG de PSA et Carlos Ghosn le dirigeant de Renault, qui a promis un chiffre d’affaires de 25 millions pour l’année 2017. Cependant en allant plus loin, on se rend compte que ces commandes sont prévues pour 2018. Nous espérons des offres importantes pour que le site puisse encore exister » lance Patrick Brun, délégué CGT de GM&S.

Mais le ministère des finances indique que des pourparlers continuent avec le groupe GMD qui avait manifesté un intérêt. Cette entreprise spécialisée dans la conception des pièces d’emboutissement pour automobile aurait fait une offre pour la reprise du site, mais en réduisant au maximum le personnel soit 110 salariés qui seront retenus, alors que le site compte 280 salariés en tout. Un gap important quand on sait que GM&S est le second employeur le plus important de la Creuse. L’entreprise pourrait aussi prendre 20 salariés en plus, pourvu que l’État lui accorde une aide. En attendant, les négociations se poursuivent.

A propos de l'auteur

Laura

Laura

Journaliste d'investigations pour le EE Times mais également ailleurs. Plus d'infos sur mon profil Twitter (dont les tweets n'engagent que moi). Je suis spécialisée dans les enquêtes longues, surtout sur les divers lobbys.